Essai Toyota Yaris : du style Made In France

Octobre 2019, Toyota présente la quatrième génération de sa citadine phare, la Yaris. Vingt ans se sont écoulés depuis la première génération mais comme un bon vin, la Yaris se bonifie avec l’âge. Je vous propose de partir pour un tour d’horizon de cette nouvelle citadine Made in France avec Edenauto Toyota Toulouse.

Des nouveaux dessous

Une nouvelle génération qui se métamorphose grâce à la nouvelle plateforme GA-B issue de la famille TNGA. Derrière ces noms de codes, se cache l’évolution la plus importante de la Yaris. Pour les amateurs de conduite, cette structure est alléchante sur le papier avec un gain de rigidité de l’ordre de 37%, un centre de gravité abaissé de 12 mm et une meilleure répartition des masses. Ça donne envie non ? Cette plateforme a aussi l’avantage d’apporter plus d’habitabilité à encombrement équivalent grâce, notamment, aux roues placées aux quatre coins, comme une certaine MINI des années 60 ! Ce n’est donc pas étonnant que le constructeur ait d’abord communiqué sur cette plateforme avant de dévoiler le modèle en entier.

Un design de caractère

Pour autant, derrière cette évolution cachée se dévoile une autre, visible de tous : le design. Fidèle à la volonté du président de Toyota, Monsieur Akio Toyoda, les Toyota se doivent d’être plus sexy qu’auparavant. Et une chose est sûre, c’est que la nouvelle Yaris a un pouvoir d’attraction bien plus fort. Un style charismatique qui se démarque de la concurrence et qui a été réalisé par le centre de design ED2 situé à Sophia-Antipolis en France. Dessinée et fabriquée en France, c’est un argument de choc !

 

 

On apprend que les designers Mario Majdandzic et Takayuki Nakajima se sont inspirés du Kuromame, une fève japonaise très arrondie. On retrouve vraiment cet aspect avec le capot et la ligne de toit bombée.  Une forme qui a été travaillée avec des détails lui donnant la force et la puissance visuelle d’un taureau. Grande calandre, phares effilés, bandeau de feu haut perché, ailes marquées et un pare-chocs arrière réalisé en forme de boomerang. Un design sportif qui est encore plus affirmé dans cette version GR Sport qui propose, une suspension rabaissée, un maillage de calandre différent, des jantes GR de 18 pouces et un diffuseur arrière retravaillé.

À l’intérieur, les nouvelles dimensions proposées par la plateforme se ressentent. L’empattement a été allongé de 50 mm alors que la voiture a perdu 5 mm de longueur et la hauteur de caisse a diminué de 40 mm. Avec son grand pare-brise, l’impression d’espace est présente, ce qui est moins le cas à l’arrière pour les grands gabarits. Face au conducteur on trouve une planche de bord moderne, claire et bien assemblée. Il y a moins d’effet de style qu’à l’extérieur pour favoriser l’ergonomie. Cette finition GR Sport apporte quelques détails comme le volant avec surpiqûres, le pédalier en aluminium et des seuils de porte inédits. Le détail amusant, les compteurs qui imitent des jumelles. La Yaris se présente comme la citadine la plus sûre du marché en s’équipant de série d’un système avancé de pré-collision avec détection nocturne des piétons, d’un assistant de trajectoire, d’un lecteur de panneaux de signalisation et d’un régulateur de vitesse adaptatif intelligent. Elle décroche ainsi cinq étoiles au crash-test Euro NCAP.

0
0 à 100 km/h (s)
0
Puissance (ch)
0
Couple (Nm)
0
Poids en marche (Kg)

3 cylindres 1.5 (92 ch / 120 Nm) + moteur électrique (82 ch / 141 Nm)

 

BVA

 

Traction 

La force de l’hybride

On s’y sent bien à l’intérieur et on aborde la conduite du quotidien avec relaxation. Un sentiment qui est bien aidé par ce qui fait la force de la Yaris, sa motorisation hybride. Pour cette quatrième génération, la Yaris a avant tout été pensée pour l’hybridation. Elle étrenne une nouvelle génération du système hybride Toyota (lire histoire) composé d’un moteur essence 3 cylindres 1.5 L de 92ch et 120 Nm de couple, ainsi qu’une nouvelle batterie lithium-ion plus puissante et plus légère de 20 kg. Un ensemble qui permet un gain de puissance de 16% par rapport à la précédente génération avec 116 ch cumulés et une efficience accrue permettant d’abaisser les rejets de CO2 de 20%. Il reste tout de même deux motorisations thermiques disponibles, le 1.0 VVT-i de 70 ch et le 1.5 VVT-i de 120 ch.

 

 

Avec la boîte automatique e-CVT montée d’office sur l’hybride, la ville est son terrain de jeu. À la fois douce et vive, la Yaris se faufile grâce à son gabarit et à son très bon rayon de braquage. Dans ces conditions, elle se déplace le plus souvent dans le silence de quoi profiter du système audio JBL.

 

 

La consommation d’essence atteint des records de sobriété avec seulement 3,6L aux 100 km. Avec la fonction B (brake) enclenchée, le frein moteur est plus fort pour permettre de recharger la batterie ce qui conduit à ne quasiment jamais utiliser la pédale de frein en ville. Autre bon point pour les émissions de particules fines !

 

 

S’il y a quelques années les citadines étaient cantonnées au milieu urbain, en 2022, une citadine se doit d’être polyvalente et pouvoir parcourir avec aisance toutes les routes. Sur cette quatrième génération, les ingénieurs ont travaillé à rendre la Yaris plus dynamique. En plus des progrès réalisés par la nouvelle plateforme, les liaisons au sol ont été revues et la direction recalibrée pour permettre une meilleure connexion entre la voiture et le conducteur.

Un comportement à deux visages

Direction les petites routes du Lauragais pour tester ces nouveautés. J’ai d’abord pu essayer une version Design, la version la plus vendue en France, avant de tester cette finition GR Sport. Une information importante, car dans les faits le ressenti est différent. Au volant du cœur de gamme, la Yaris se montre vive avec une direction légère mais assez directe. Les changements de cap se font naturellement mais les jantes en 16 pouces et les suspensions moins fermes ne permettent pas une conduite très sportive. Elle peut très vite se montrer sous-vireuse. Une fois qu’on s’accommode au système hybride, les accélérations sont suffisamment nerveuses et la pédale de frein a un bon mordant. Des réglages qui correspondent globalement avec la philosophie de la Yaris, plutôt axée sur le confort et l’agrément de conduite en ville. 

 

 

Néanmoins, pour les plus sportifs d’entre nous, avant de passer à l’incroyable Yaris GR (lire essai), il existe cette finition GR Sport. Bien plus qu’un package cosmétique, cette finition apporte des réglages plus sportifs avec des jantes 18 pouces disposant d’une hauteur de flanc de pneu plus petite et une suspension revue pour permettre aux amortisseurs de réagir plus rapidement à basse vitesse. À l’arrière, les ressorts ont été optimisés afin de supprimer la perte d’adhérence des roues et les mouvements de caisse. Ces différences se ressentent très bien sur la route où la vivacité de la Yaris est encensée avec moins de prise de roulis. Le feeling au volant devient bien plus naturel avec une direction encore plus directe. Assis dans cette belle sellerie cuir UltraSuede dédiée, le confort n’est pas trop dégradé. La Yaris se révèle juste un peu ferme sur les grosses cassures. 

 

La Yaris est donc largement adaptée au réseau secondaire, son système hybride permettant d’obtenir des consommations d’environ 5,0 l/100 km. Sur autoroute, elle se débrouille aussi très bien avec seulement une consommation en légère hausse, sans toutefois dépasser les 7,0 l/100 km.

La Yaris est donc définitivement une citadine polyvalente, sûre, agréable à conduire et à regarder. Une voiture bien pensée et plus que jamais dans l’air du temps avec sa motorisation efficiente et très sobre. Ce n’est pas étonnant qu’elle ait remporté le trophée de la voiture européenne de l’année en 2021. Une voiture à la carte qui correspond à toutes les attentes. Pour les plus aventureux d’entre vous il existe la version SUV dénommée Yaris Cross (lire essai).  

Remerciements

Merci à la concession Edenauto Toyota Toulouse pour la découverte de la petite française.

Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à les contacter :

Design 

Sobriété

Nouvelle plateforme 

Dynamisme de la version GR Sport

Made In France

Son moteur qui peut être assez présent 

Places arrière

70%
Degré de plaisir de conduite

Restez connectés

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

115 ch, 1070 kg et 3,6 mètres de long. Une fiche technique qui rappelle furieusement la Golf GTI originelle.

Lire la suite

Le plaisir de conduire à son paroxysme !

Lire la suite