Toyota Gazoo Racing : le sport automobile à la japonaise

Toyota et le sport automobile, c’est une longue histoire d’amour qui commence il y a plus de 60 ans. Nous sommes en 1957, le Japon sort petit à petit du marasme économique de la 2e Guerre Mondiale, Toyota Motors, qui n’a alors que 20 ans, souhaite développer son image et améliorer les voitures qu’il produit. Très vite, le constructeur a compris que le sport automobile pouvait l’aider à améliorer les voitures du quotidien en permettant de tester et éprouver les nouvelles technologies dans des disciplines très exigeantes. C’est donc en 1957 que le premier jalon d’une longue épopée est posé avec la participation d’une Toyopet Crown au rallye d’Australie, faisant de Toyota le premier constructeur japonais à s’engager dans le sport automobile. Très vite, les événements vont s’accélérer et le constructeur va aider au développement et au rayonnement du sport automobile japonais. En 1958, il remporte le premier rallye du Japon. En 1963, il place trois voitures à la tête de leurs groupes respectifs lors du premier Grand Prix du Japon.

Du circuit à la route

L’année 1965 marque la naissance de la première réelle supercar conçue sans compromis pour séduire les marchés étrangers, la 2000 GT. Cette voiture iconique participera grandement à l’image internationale de Toyota, en étant à la tête d’affiche du James Bond « On ne vit que deux fois » (découvrez l’histoire ici) et en établissant de nombreux records de vitesse et d’endurance dans sa version préparée par Tosco, le département sportif d’alors. De nombreuses victoires vont se succéder en endurance et dans différents Grand Prix. Cette aura sportive finit par se retrouver sur la route avec des modèles plus abordables comme la 800, première sportive signée Toyota ou encore la Celica au début des années 1970. Alors que de nombreux constructeurs abandonnent le sport automobile avec les chocs pétroliers, Toyota persévère avec une participation en catégorie voiture de tourisme et son empreinte sportive va finir par s’étendre au reste du monde, avec la création en 1975 du Toyota Team Europe (TTE) basé à Cologne. À la même période, Tosco prend le nom de Toyota Racing Development (TRD) en 1976 pour le Japon et finit par donner naissance à deux filiales : TRD USA en 1979 et TRD Australia en 2007.

De nombreuses filiales qui sont chapeautées par Toyota Motorsport et qui permettent une présence dans le monde entier. Cependant, chaque entité s’occupe de leurs programmes sportifs respectifs. La filiale européenne va se spécialiser dans le rallye, l’endurance et la Formule 1 (2002 à 2009). Les branches TRD vont s’occuper des championnats locaux comme le Nascar et le Baja 1000 pour les Etats-Unis.

Gazoo Racing : l’esprit du garage japonais

Ces diverses désignations finissent par être regroupées sous le nom de Toyota Gazoo Racing en 2015, prenant la succession de Toyota Motorsport.

Le terme Gazoo est un terme dérivé du mot japonais « gazo » signifiant « image ». Il est utilisé, dans un premier temps, il y a plus de 25 ans pour un site de voitures d’occasion. Il n’y a aucun rapport avec le département sport jusqu’en 2007, où le Team Gazoo fait son apparition pour la première fois. Pour autant, Gazoo a une signification toute particulière chez Toyota. Les ingénieurs du département sport sont de véritables passionnés qui, lorsqu’ils travaillent sur les voitures de compétition, ont une image en tête de ce que serait leur garage de rêve, composé de voitures uniques préparées par leur soins. Gazoo est donc l’équivalent du mot garage. Un garage à la japonaise où des personnes hautement qualifiées travaillent à la création de machines parfaites proposant des performances exceptionnelles et distillant le plaisir de conduire. De l’art Japonais, qui se retrouve sur les voitures de compétition avec les récents exploits en Endurance, couronnés par les quatre victoires consécutives aux 24 h du Mans et les quatre titres de champion du monde d’endurance. Les couleurs rouge et noir de Gazoo Racing brillent aussi sur la terre, avec un retour en championnat du Monde des Rallyes en 2017. Un retour triomphal qui se concrétise avec deux titres constructeurs et trois titres-pilotes rappelant la grande époque des Toyota Celica GT-Four avec Carlos Sainz (double titre pilote et double titre constructeur entre 1990 et 1994) et surtout les origines sportives du constructeur.

Une nouvelle gamme de sportives

Un retour en force qui voit aussi l’apparition d’une toute nouvelle gamme de voitures sportives sous l’égide d’Akio Toyoda, qui souhaitait retrouver des voitures passionnantes dans la gamme depuis l’arrêt des Supra et autres Celica au début du siècle. Il y a bien entendu eu la GT86, dès 2011 qui annonçait la vision du futur, mais qui restait à part dans l’offre du constructeur. La vraie renaissance de la gamme sportive a coïncidé avec la résurrection de l’iconique Supra. Développée en partenariat avec BMW, la GR Supra (lire essai) introduit dans la gamme, les avancées techniques et l’image sportive cultivée par Gazoo Racing. Une voiture désirable qui sera très vite accompagnée par un autre projet passionnant, la GR Yaris (lire essai). Née des exigences d’homologation de la voiture de rallye pour la saison 2020, la GR Yaris est l’œuvre d’ingénieurs passionnés qui sont partis d’une feuille blanche pour produire une voiture sensationnelle offrant une recette jamais vue dans cette catégorie : une transmission intégrale intelligente, un moteur 3 cylindres 1.6 de 261 ch et une carrosserie trois portes allégée entièrement inédite qui repose sur une nouvelle plateforme. La GR Yaris ravit de nombreux fans à travers le monde.

Pour l’occasion, j’ai réuni les deux modèles pour une séance photo dans l’esprit urbain japonais. Le temps d’un court instant, le Parc des Expositions de Toulouse se transforme en Tokyo et on se prend à voyager pour découvrir une culture automobile pas comme les autres. Merci à Edenauto Toyota Toulouse pour le prêt de la GR Yaris et merci à cyr_fuji pour sa présence avec sa GR Supra Fuji Speedway, une édition limitée à 200 exemplaires.

Un savoir-faire japonais

Le label TRD, évoqué plus haut, cohabite toujours avec le label GR aux Etats-Unis, mais il y a une réelle différence de philosophie. Les versions TRD sont des versions vitaminées de voitures existantes, les GR sont des projets spéciaux nécessitant un développement plus conséquent. Elles ont une place particulière chez Toyota en étant produite dans une usine spéciale, au Japon, avec des techniques d’assemblage de hautes précisions permettant des caisses très rigides. Cette usine fait la part belle à l’humain avec des techniciens hautement qualifiés réputés pour leurs compétences artisanales, les Takumi. Une usine qui forme aussi, tous les postes nécessitant un savoir-faire artisanal et des compétences techniques pointues. C’est ça l’esprit GR.

Une mentalité qui se retrouve sur une gamme plus abordable, avec les modèles GR Sport. Ici, la gamme classique se voit proposer un look plus sportif ainsi que des réglages axés sur le plaisir de conduire.

Une nouvelle ère

Le sport automobile est définitivement inscrit dans l’ADN de Toyota. Des valeurs sportives qui n’ont jamais cessé d’être partagées depuis plus de 60 ans. Ce n’est pas pour rien que le groupe est propriétaire du célèbre circuit Fuji Speedway depuis 2000. Un programme qui a permis plus que jamais de renforcer l’image du constructeur nippon et de tester et éprouver des technologies innovantes, comme le système hybride Toyota qui fête cette année ses 25 ans.

Comme Akio Toyoda, l’a dit, il souhaite préserver le plaisir de conduire pour les 100 prochaines années. Son souhait est pour l’instant sur la bonne voie avec une gamme qui est amenée à s’étendre, avec le lancement prochain de la GR86 en Europe, la descendante de la lignée des 86. Il y a aussi la récente GR Corolla qui reprend la même philosophie que la GR Yaris avec sa transmission intégrale et ses 300 ch, mais qui ne sera malheureusement pas commercialisée sur notre continent. En attendant, on se consolera avec la venue de la GR Supra en boîte manuelle. Je n’ai qu’une seule chose à dire, merci Monsieur Toyoda de faire vivre la passion du sport automobile.

Remerciements

Merci à la concession Toyota Edenauto Toulouse pour le prêt de la GR Yaris. 

Si vous êtes intéressés n’hésitez pas à les contacter :

Restez connectés

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Premier modèle exclusivement développé par Cupra, le Formentor se décline en nombreuses versions. Que vaut la version hybride, d’entrée de gamme ?

Lire la suite

1968, l’automobile et le cinéma montrent, aux yeux de tous, l’une des plus belles collaborations. De ce passé lointain reste une certaine Mustang Bullitt que j’ai eu la chance d’essayer.

Lire la suite