Road trip dans le Lauraguais en Mazda MX5

Avec les beaux jours qui reviennent, les activités estivales font leur grand retour. On ne dit pas non à un apéro en terrasse, à une baignade au bord d’un lac ou encore à un road trip en voiture. Le mieux c’est même de réunir les trois ! Pour ce dimanche 8 mai, nous n’avons pas signé l’armistice, mais plutôt signé le retour des sorties entre clubs avec l’une des voitures les plus fun du marché. Après avoir participé à de nombreuses sorties, et même coorganisé une, avec le Porsche club 911 Classic l’année dernière, cela faisait quelque temps que je souhaitais organiser une balade avec le groupe MX5 Occitanie.

Une sortie à l’air libre

En moins d’une semaine, l’événement est créé et à ma grande surprise pas moins de 11 MX5 étaient présentes au rendez-vous. Un plateau très varié où il ne manquait que la première génération. À vous de choisir entre trois NB, cinq NC et trois ND. Des configurations sympas et surtout une passion commune, celle de rouler avec une voiture d’épicurien qui s’apprécie, comme on le dit dans le milieu, « top down ». Pour ceux qui ne le savent pas forcément, la communauté MX5 est assez différente des autres avec un esprit bienveillant qui s’approche de celui des motards. Ce n’est pas pour rien que les saluts sont légion au moment de se croiser sur la route, peu importe la génération. Quand on aime la MX5, c’est pour la vie !

« Jinba Ittai » faire corps avec sa monture. Un dicton japonais repris par Mazda pour définir sa gamme. S’il y a bien un modèle qui correspond à 100%, c’est la MX5. Un produit totalement à part pour un constructeur généraliste qui a conçu un châssis unique, rassemblant de nombreux éléments issus de la plus pure tradition automobile. Propulsion, double triangulation, moteur longitudinal atmosphérique, légèreté et boîte de vitesses manuelle. Autant d’éléments qui se révèlent être une évidence, la recette du bonheur automobile. Une voiture simple, fun et au coût d’utilisation dérisoire, ça n’existe presque plus. Un OVNI parmi toutes ces voitures surmotorisées et autres SUV électriques qui communiquent plus sur la largeur de l’écran central que sur la principale fonction de la voiture : conduire.

Le plaisir de conduire

Conduire et partager un moment de convivialité, c’est ce qui nous a poussés à nous réunir ce dimanche, pour apprécier tout le génie des ingénieurs japonais en parcourant les routes qui serpentent à travers le Lauragais. Le convoi de MX5 a donc pris la route direction Caraman en faisant une incursion dans le Tarn où nous avons croisé notre ennemi juré : les gravillons ! Non, par peur de glisser, on en raffole même, tant la voiture est conçue pour cela, mais par peur de prendre des impacts sur la carrosserie ! Il faut l’avouer, bien que les peintures Mazda soient belles, elles sont trop fragiles.

La frayeur évacuée et après 1h30 de lacet, la première pause s’impose à Auriac-sur-Vendinelle. Telle une classe disciplinée, les MX5 se sont rangées sagement à la queue leu leu. Un premier arrêt qui permet d’échanger et de refroidir les machines. Les esprits ont bien besoin d’être rafraîchis aussi et c’est dans cette optique que la deuxième étape a été choisie. 55 min nous séparent de notre collation, mais en attendant, on savoure le plaisir des plaines vallonnées du Lauragais et on remercie ceux qui ont tracé les routes. Des épingles, des chicanes ou encore des enchaînements de grandes courbes, tout y est pour prendre du plaisir.

Un lieu unique

Je ne vous avais pas dit que la communauté s’approchait de celle des motards ? Eh bien le temps d’un instant, nous avons franchi les portes d’un nouveau temple de la moto situé à Pompertuzat. Le Hangar propose à la fois un garage pour moto, des événements et surtout un bar au style industriel qui nous plonge dans l’ambiance biker et plus généralement dans la mécanique. Un endroit idéal pour apprendre à se connaître et à échanger autour d’une même passion. Pour certains, c’était l’étape finale pour d’autres, l’appel insatiable du bitume s’est transformé en une troisième étape de 30 min qui nous amène de l’autre côté du Canal du Midi pour découvrir quelques routes avant de terminer sur les hauteurs de Toulouse, au golf de Vieille-Toulouse.

Une sortie comme on les aime, avec qu’une envie recommencer. D’ailleurs, une nouvelle sortie est prévue le dimanche 26 juin 2022, toute la journée, avec comme destination l’Ariège. Si vous êtes intéressés, l’événement est à retrouver sur ma page Facebook ici. Attention, seulement 15 places sont disponibles.  

Restez connectés

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Deux légendes de l’automobile, des designers italiens et des routes de montagne. Voici la définition d’une journée de rêve !

Lire la suite

Au menu du jour, l’histoire d’un constructeur hors du commun qui conçoit des voitures à la fois discrètes, exclusives et performantes.

Lire la suite