Toyota Beyond Zero : une meilleure mobilité pour tous

Si vous êtes un fidèle lecteur et que vous avez suivi les derniers articles sur Toyota vous allez commencer à comprendre que l’innovation est dans l’ADN du constructeur.

 

Depuis, 1933 la marque a toujours eu une vision décalée, souvent en avance sur son temps. Toyota a toujours vu au-delà des considérations qui s’appliquaient à un moment donné dans nos sociétés. Quand la plupart des constructeurs accumulaient du stock dans leurs usines, Toyota inventait le juste-à-temps pour optimiser la chaine de production et maitriser les coûts. Quand les concurrents sortaient des 4×4 rustiques à l’aise seulement hors des sentiers battus, Toyota faisait le pari d’un SUV destiné aux citadins avec le RAV4. Quand les constructeurs misaient massivement sur le thermique, Toyota sortait en 1997 la première voiture hybride de série au monde. Une musique qui peut se répéter encore et encore tant les exemples sont nombreux.

 

 

Une vision qui s’applique aujourd’hui pour les enjeux de notre société. Comment concilier développement durable et mobilité ? C’est ainsi que, fidèle à sa réflexion sur le long terme, Toyota a présenté à Paris en juillet 2021 son plan Beyond Zero, qui se traduit littéralement comme au-delà de zéro. 

Moins de CO2

Un zéro qui marque déjà de nombreuses ambitions du groupe Toyota pour 2050. Des ambitions qui portent le doux nom de « Toyota environnemental challenge ». L’objectif est clair et se structure en 6 piliers.

 

La finalité principale, qui se divise en trois axes, et de tendre vers le zéro émission de CO2. D’abord, pour les sites de production (1), ensuite lors de l’utilisation du véhicule (2) et enfin pour l’ensemble du cycle de vie de la voiture (3). Zéro émission qui s’accompagne d’une gestion rationnelle de l’eau avec moins de consommation et une meilleure récupération des eaux usées (4). Ensuite, il s’agit de repenser et mener une réflexion sur le développement du recyclage afin d’avoir le moins de pertes possibles (5) et enfin, de promouvoir une société en harmonie avec la nature (6).

 

Des objectifs ambitieux qui ne suffisent pas à Toyota puisqu’il souhaite, avec son plan Beyond Zero, aller au-delà d’une société décarbonée pour viser une société où la mobilité a un impact positif sur le monde en lui permettant de se déplacer librement en toute sécurité et sans contrainte. En résumé devenir le leader de la mobilité de demain.

Les quatre axes de Beyond Zero

Un rêve que Toyota va s’efforcer de réaliser en actionnant quatre facteurs de développement regroupés sous l’acronyme CASE.

C pour « Connected », soit la connectivité et la numérisation. A pour « Autonomous » et la conduite autonome, S pour « Shared » avec la mobilité partagée et enfin E pour « Electric » et l’électrification des véhicules.

 

 

Quatre piliers chapeautés par l’élément essentiel qui fait toute la spécificité de Toyota, l’humain. Car oui, ces bouleversements ne peuvent être menés sans que l’humain ne soit au centre des préoccupations. Tous ces changements ne doivent être réalisés que dans le but de profiter à l’homme en décuplant ses capacités grâce aux nouvelles technologies et en améliorant son quotidien en lui permettant de vivre dans un environnement sain où il peut se déplacer, sans obstacle, pour enrichir sa personnalité.

 

 

C’est sur ce point que Toyota affirme vraiment sa différence. Il ne souhaite pas remplacer l’homme, il souhaite l’aider à vivre dans un monde meilleur. Un débat qui semble philosophique à première vue, mais qui pousse à de nombreuses réflexions et choix dans les futurs produits de mobilité de la marque. Oui vous avez bien lu, avec Beyond Zero, Toyota passe officiellement d’un constructeur d’automobiles à une entreprise de mobilité. Un changement de paradigme voulu par Akio Toyoda qui marque une réelle révolution pour accompagner la transformation de l’entreprise comme ce fut le cas lors du passage de fabricant de métiers à tisser à celui de constructeur de voitures. Une époque charnière qui ne fait pas peur à Toyota et qui le démontre dans son plan.

 

 

Les passionnés d’automobile, dont je fais partie, sont sûrement devenus tout pâle en lisant ces lignes mais la démarche de Toyota se montre rassurante à bien des égards dans la préservation de la conduite automobile.

Rester leader de l’électrification

Les objectifs d’émissions passent tout naturellement par une électrification des véhicules tout en maintenant un choix entre plusieurs technologies en fonction des marchés. Aujourd’hui déjà leader de l’hybride avec son système révolutionnaire (lire l’histoire), Toyota souhaite continuer et aller plus loin. D’ici 2050, tous les véhicules seront électrifiés avec une réduction des émissions de CO2 de l’ordre de 90% par rapport à 2010. Toyota croit aux multi technologies car chacune d’elles ont des avantages à proposer et de nombreux progrès à réaliser. Un moteur thermique a encore sa place quand il est utilisé dans ses conditions optimales d’utilisation au sein du système hybride. Ce n’est pas pour rien que la gamme Toyota est l’une des plus efficientes au monde. Plus loin c’est aussi proposer des technologies toujours plus sobres et robustes dans le temps. Toyota est arrivé récemment sur le marché de l’hybride rechargeable avec son RAV4 PHEV (lire l’essai ici) mais ils ont tapé fort en proposant un véhicule puissant, quatre roues motrices et très efficient.

 

Un avenir électrifié qui va connaitre un nouveau chapitre prochainement avec la commercialisation du bZ4X, première Toyota électrique de grande série. Un SUV qui va ouvrir la voie à une gamme tout entière dévoilée récemment dans le plan produit du constructeur.

 

Une gamme qui tentera de couvrir tous les besoins de chacun, du passionné avec la petite sportive rappelant la MR2, à la famille avec la berline et les SUV en passant par le jeune citadin avec une citadine.

Un avenir électrique qui ne sera pas seulement à batterie car Toyota croit plus que quiconque dans la pile à combustible et à l’hydrogène. D’ailleurs, les japonais ont encore été précurseurs en lançant en 2014 la Toyota Mirai, la première voiture de série du monde à hydrogène.

Energie verte et recyclage

Des voitures électriques c’est bien, mais ce n’est pas suffisant pour prétendre à une politique zéro émission. C’est pourquoi Toyota investit massivement dans la recherche pour proposer des technologies encore meilleures permettant de transporter plus facilement l’énergie avec les batteries à électrolytes solides notamment, mais aussi permettant de produire une électricité et de l’hydrogène vert.

Une énergie plus verte qui est utilisée dans les usines pour la fabrication mais aussi chez les concessionnaires avec, à l’avenir, une autonomie énergétique comme à l’éco-concession de La Rochelle.

 

 

La fin de vie du véhicule est aussi au centre de la réflexion pour réutiliser un maximum de composants. Dès les années 1970, Toyota s’est efforcé à réfléchir au recyclage de ses modèles. Aujourd’hui, toutes les Toyota qui sortent des usines, dont celles de Valencienne, doivent être au moins à 85% recyclables et 95% valorisables. Le site français est d’ailleurs à la pointe du recyclage, avec sa certification environnementale ISO 1401, en utilisant le principe des « 4R » : Réduire, Réutiliser, Recycler, Revaloriser.

L’humain au centre de la réflexion

On ne pourrait conclure ce chapitre sans parler du facteur humain. Contrairement à d’autres constructeurs, Toyota mise sur l’humain pour un avenir meilleur. Il souhaite une mobilité pour tous, une mobilité qui soit inclusive. Pour réaliser de tels enjeux, il faut s’inspirer de l’homme pour le rendre meilleur. C’est ainsi que Toyota est devenu dès 2015 le partenaire majeur des Jeux Olympiques et Paralympiques qui insufflent des valeurs chères à Toyota. L’humain, c’est aussi celui qui tirera tout le bénéfice du programme Beyond Zero en pouvant s’épanouir grâce à des déplacements sans contrainte. L’avenir est aux différents modes de mobilité, qu’ils soient doux, partagés ou autonomes. Toyota s’engage à être à la pointe dans tous les domaines, notamment, avec son service de mobilité KINTO qui propose de nombreux services allant de l’auto-partage, au covoiturage en passant par des offres multimodales pour faciliter les déplacements de chacun. Sur le sujet de la conduite autonome, Toyota a fait le choix de ne pas parler d’intelligence artificielle mais d’AI pour « automatisation intelligente » avec sa technologie Toyota Guardian. L’idée est d’aider le conducteur dans les tâches difficiles et dangereuses pour lui laisser le contrôle quand les circonstances sont propices au plaisir de conduire. Ce principe, qui se nomme le Jidoka, est cher à Toyota en rendant l’humain irremplaçable dans la production mais aussi l’utilisation des services. Le seul but, aider l’homme pour lui faciliter la réalisation de ses tâches et donc le rendre plus heureux.

L'humain est au centre des attentions. Le plaisir de conduire fait partie intégrante du plan Beyond Zero

Un avenir ambitieux

On peut donc conclure que malgré ces lignes, le plaisir de conduire ne semble pas mort et Toyota s’inscrit encore une fois comme visionnaire, non plus d’une technologie ou d’un mode de production, mais comme visionnaire d’un nouveau monde à la fois neutre en carbone et qui inclut l’espèce humaine au sein d’une mobilité saine, sûre et passionnante. Le président de Toyota, Akio Toyoda le résume parfaitement « Notre credo : en tant qu’entreprise, ce que nous pouvons faire de plus important n’est pas seulement d’améliorer nos véhicules, mais aussi la vie de nos clients tous les jours et par tous les moyens ».

 

Pour les plus curieux d’entre vous, vous pouvez découvrir l’ensemble du plan Beyond Zero ici. Un rapport de 122 pages montre les enjeux, les ambitions et le futur de Toyota.

Remerciements

Cet article a été réalisé en colaboration avec Edenauto Toyota Toulouse. N’hésitez pas à les solliciter si vous avez des questions sur l’avenir de la marque.

Restez connectés

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Partez à la découverte d’un constructeur oublié qui est sur le point de renaître !

Lire la suite

La gamme Mclaren simplifiée !

Lire la suite