Essai VW Up ! GTI : la digne descendante de l’esprit GTI ?

Gabarit compact et petit moteur vigoureux, et si la Up! GTI était la digne héritière de l’esprit inauguré par la Golf GTI première du nom ?

Avant de répondre à cette question, il faut remonter en 2018 quand VW a dévoilé sa nouvelle GTI. C’est toujours un événement de découvrir une nouvelle voiture désignée par ces lettres mythiques. Or, ici, c’est la déroute, ce n’est pas une nouvelle Golf ni même la Polo, c’est bien la Up! qui rejoint la famille GTI. Apposée trois lettres mythiques sur une citadine insipide, une idée saugrenue ? VW n’en est pourtant pas à son coup d’essai avec la Lupo GTI, sortie en 2001.

Une voiture qui ne m’inspirait pas grand-chose de par sa fiche technique et son design, jusqu’à ce qu’Auto Distribution Occitane me laisse quelques jours, à son volant.

La recette GTI

L’exemplaire qui m’est proposé, est un modèle de 2021 en configuration 5 portes ayant parcouru seulement 5000 km. De prime abord, le package ne m’attire toujours pas. Son look de boîte à chaussure est pourtant enjolivé avec de magnifiques jantes 17 pouces Brands Hatch, un châssis rabaissé de 15 mm, des voies élargies de 8 mm, une petite sortie d’échappement, un béquet et un bouclier avant spécifique. À cela s’ajoutent, les iconiques bandes rouges GTI. À l’intérieur, on retrouve la planche de bord austère en plastique dur qui est égayée par un gros insert contrastant entre le noir et le rouge. La nuit, un bandeau lumineux rouge s’allume sur le bas du tableau de bord. Pour le reste, on retrouve la traditionnelle sellerie au motif écossais, un volant spécifique très sympa, et une commande de boîte de vitesses siglée GTI.

Une citadine avant tout

L’interface est clairement datée, mais on dispose de nombreuses options dont la caméra de recul et les sièges chauffants. Toutefois, il y a tout le confort d’une voiture qui se destine à la ville. Elle n’oublie pas ses origines de citadine et sait se montrer très maniable en ville, avec un très bon rayon de braquage et un empattement réduit. Surtout, elle reste relativement confortable avec une suspension bien conçue qui s’avère sèche, seulement sur les cassures prononcées. Le reste du temps, il est agréable d’être à son bord avec des sièges confortables, qui n’offrent pas beaucoup de maintien latéral pour faciliter l’accès à bord.

Paradoxalement, son petit moteur 3 cylindres 1.0 TSI 115 ch est son autre atout en ville. Avec un poids contenu à 1070 kg, ses relances sont vives et les rues de la ville deviennent vite un terrain de jeu. On s’amuse rapidement à se faufiler entre les voitures en jouant avec la plage de prédilection du moteur. Le son amélioré par les haut-parleurs, qui reste agréable à entendre, accentue la conduite triviale.

Sa position de conduite est assez haute en position normale et on sent qu’elle n’a pas été conçue pour une position sportive, car même s’il est possible de descendre assez bas le siège conducteur tout comme le volant, ce dernier cache une partie du compteur de vitesse. Néanmoins, la position était parfaite pour ressentir ses qualités routières. Quelle surprise se fut ! Je ne m’attendais à rien et j’ai été agréablement surpris.

Fun à emmener

Une impression de légèreté règne à son bord. Sujette à la prise au vent, elle n’est pas réellement dans son élément sur autoroute, alors que les petites routes qui entourent Toulouse sont son péché mignon. La direction, qui peut paraître légère au départ, se trouve parfaitement assistée avec une bonne consistance permettant de placer un train avant précis et d’effectuer des changements de cap rapides. Sa suspension pas trop sèche rend la Up ! vivante sur les petites routes. Elle retranscrit facilement le relief du bitume. Un véritable régal à emmener et on prend vite des vitesses proscrites, tant elle met en confiance. Son train arrière suit la cadence, mais ne brille pas pour son coté joueur. Il aurait mérité d’enrouler un peu plus pour être plus efficace dans les enchaînements serrés. En l’état, l’avant peut légèrement sous-virer à haute cadence. En dehors de ce cas rare, elle est très fun et la boîte de vitesses manuelle à six rapports ajoute du piment à la recette. Parfaitement étagée, bien guidée et très légère à manier avec son embrayage, elle lui va parfaitement. Même en ville ou dans les bouchons, elle reste agréable grâce à son embrayage léger.

0
0 à 100 km/h (s)
0
Puissance (ch)
0
Couple (Nm)
0
Poids en marche (Kg)

3 cylindres turbo 1.0 L

BVM 6

Traction

Performances étonnantes

Une boîte qui permet de jouer avec un moteur d’apparence pas sportive. Il y a encore quelques années, il était inconcevable de monter un 3 cylindres dans une voiture à caractère sportif. Depuis, la BMW i8, la Ford Fiesta ST (lire l’essai), la GR Yaris (lire l’essai) et la Koenigsegg Gemera sont passées par là. Le petit 1.0 a subi une séance de sport pour l’occasion. Nouveaux injecteurs et pistons, système innovant de post-traitement des gaz d’échappement ainsi qu’un intercooler intégré au collecteur d’admission. Il délivre une puissance modeste de 115 ch, mais sa botte secrète réside dans son couple de 200 Nm, énorme pour la cylindrée ! Disponible dès 2000 tr/min, le couple amène un tempérament bouillonnant avec 8.8s au 0 à 100 km/h (-0.2s que la Golf GTI première du nom). On s’amuse rapidement à être dans la plage du turbo, qui commence à charger à 2500 tr/min pour délivrer son souffle vers 3500 tr/min. Un tempérament bouillonnant qui n’est pas pour autant très sportif, puisqu’il n’aime pas prendre les tours (maximum 6500 tr/min) et s’éteint rapidement au-delà de 5000 tr/min.

Une recette qui fonctionne grâce à sa légèreté qui permet d’avoir un bon système de frein, à la commande légère amorçant bien le freinage.

L’esprit GTI, es-tu là ?

Je n’ai pas voulu vous spoiler dès le début, mais dès mes premiers tours de roue, l’esprit de la Golf GTI m’a directement sauté aux yeux. Je retrouve toutes les caractéristiques de la GTI 1.8 que j’avais essayé en 2020. Légèreté, fun et punch à l’accélération. Une voiture amusante à conduire, même à basse vitesse. Ne cherchez pas l’ultra efficacité ou la sportivité brute, elle laisse cela à ses grandes sœurs qui s’éloignent de plus en plus de l’esprit d’origine. C’est donc bien elle la digne descendante des GTI d’antan et c’est une agréable découverte pour moi. Une voiture qui donne le sourire que ce soit en se faufilant dans la jungle urbaine ou en parcourant les derniers kilomètres sur le réseau secondaire.

Remerciements

Merci beaucoup à Auto Distribution Occitane pour la découverte de cette petite GTI. N’hésitez pas à aller suivre leurs réseaux, ce sont de vrais passionnés !

Agilité 

Freinage 

Punch du moteur 

Boîte de vitesses 

L’accastillage GTI 

Poids

 

Son du moteur 

Position de conduite

Maintien des sièges 

Design intérieur et extérieur 

90%
Degré de plaisir de conduite

Bielle & Piston,

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Restez connectés

Partagez sans modération

Facebook
LinkedIn

Découvrez une voiture discrète mais au cœur généreux !

Lire la suite

En l’espace de 30 ans, Lexus a réussi à se forger une identité forte grâce à une gamme qui s’est diversifiée, à l’instar de ce premier coupé hybride.

Lire la suite

Au menu du jour, je vous propose des paysages de carte postale parcourus à bord d’une voiture mythique, la Peugeot 205 GTI.

Lire la suite