FORD GT HERITAGE EDITION : HOMMAGE À KEN MILLES

Si il n’y avait qu’une seule date à retenir dans l’histoire du constructeur d’Outre-Atlantique, 1966 figurerait à la première marche du podium, tout comme l’a été Ford aux 24h de Daytona cette année-là.

À l’époque la guerre italo-italienne n’était pas encore à l’ordre du jour mais la marque au cavallino rampante allait faire face à un adverse redoutable sans le savoir. Mais avant de devenir un adversaire de taille face à Ferrari il aura fallu du temps à Ford et notamment revoir en profondeur la Ford MkII. Comme on l’entend souvent dans le monde automobile, une victoire se construit sur la durée. Et cette victoire s’est construite dès 1965.

Pourtant 1965 n’est pas une année très glorieuse pour Ford. Les Ford MkII ne sont pas des bêtes de courses, avec leur freinage peu performant, une consommation excessive (70l/100km) et un poids avoisinant 1400 kg, pas de quoi faire frémir leurs adversaires italiens et leurs 365 P2 pesant 300kg de moins et qui se montraient bien plus performantes en course.

Quelques temps après, sur le circuit de la Sarthe lors des 24h du Mans, les performances et les résultats ne sont toujours pas au rendez pour Ford. Mais c’est peut-être ce qui a déclenché une refonte durant l’hiver 1965 de leur Ford MkII. La consommation chute à 43l/100km, les mécanos sont conscients des défaut des freins en course et sont entrainés à changer le système de freinage en un temps record. Ford est désormais prêt à en découdre avec Ferrari. La première opportunité qui se présente à eux : les 24h de Daytona en 1966.

La démonstration commence dès les qualifications entre la Chaparral de Jo Bonnier et la Ford MkII n°98 de Ken Miles. À cet instant, aucun duel Ferrari/Ford en prévision.

 

Ford, après avoir signé le meilleur temps lors des essais en 1’57”8, s’élance en tête de la course. Le premier et deuxième tour sont extrêmement serrés entre la Chaparral et la Ford MkII du duo Ruby/Miles. Suite à quelques avaries sur la Chaparral (qui est contrainte de s’arrêter), la Ford MkII n° 98 prend la tête de la course et s’envole devant. C’est à ce moment-là que le duel Ferrari/Ford commence. Mais pour Ferrari rien ne va. La gestion de l’essence n’est pas bonne, ce qui contraint les Ferrari de l’écurie NART (North American Racing Team) et celles de l’écurie Francorchamps à rentrer au bout de 30 tours quand les Ford MkII réalisent 25 tours de plus avant de rentrer aux stands. À cela s’ajoute des problèmes mécaniques qui ne font qu’agrandir l’écart entre Ford et Ferrari. Sur la ligne d’arrivée le duo Lloyd Ruby et Ken Miles s’impose et marque l’histoire de Ford à tout jamais (Ford réalise d’ailleurs un triplé ce jour là).

Pour les plus passionnés d’entre vous et pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, le film “Le Mans 66” réalisé par James Mangold, vous immerge dans l’histoire de Ford et de leur victoire à Daytona puis aux 24h du Mans en 1966. Un très beau film à voir.

Cinquante-quatre ans après, Ford a souhaité rendre hommage à leur victoire aux 24h de Daytona et propose une édition spéciale “Heritage Edition” pour la Ford GT.

Cette édition se pare d’une livrée qui reprend la configuration de la Ford MkII de l’époque à bord de laquelle se trouvait Ken Miles et Lloyd Ruby. On retrouve le numéro 98 ainsi qu’une peinture extérieure similaire à celle d’origine en termes de couleurs.

Elle est équipée de jantes en alliage dorées mais peut recevoir des jantes en carbone en option.

Cette édition spéciale sera limitée sans savoir à combien d’exemplaires mais on peut miser sur un nombre limité à 98 si ils se réfèrent au numéro arboré par la Ford MkII en 1966.

Ford ne s’est pas arrêté à la présentation de cette édition spéciale et a présenté en parallèle un catalogue “Studio Collection”. Il s’agit tout simplement d’un catalogue de livrées historiques applicables sur seulement 40 exemplaires de Ford GT.

Pour ce qui est de l’intérieur, on retrouve l’intérieur “classique” de la Ford GT à quelques détails près. On note la présence de sièges entièrement recouverts d’alcantara rouge, l’inscription “98” dans le panneau de porte en carbone ainsi que des palettes anodisées de couleur rouge au niveau du volant.

À noter que la production de la Ford GT prendra fin en 2022.

Bielle & Piston,

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Restez connectés

Partagez sans modération

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les collaborations entre Aston Martin et Zagato n’en finissent plus mais c’est toujours aussi beau à voir !

Lire la suite

Talbot T 120 : une auto intemporelle.

Lire la suite

Les ingénieurs de BMW Motorsport se sont amusés pour célébrer les 25 ans de la M5 !

Lire la suite