ASTON MARTIN DB4 GT ZAGATO

Le centenaire du célèbre carrossier

Centenaire. Zagato, cette année, tout comme Bentley, fêtera ses 100 ans. Cent ans d’histoire, cent ans de savoir-faire et surtout cent ans de chefs d’œuvre.

1960 demeure une année importante dans l’histoire du carrossier milanais puisque cette cuvée a vu la naissance de l’auto au cœur de la célébration du centenaire en ce moment même : l’Aston Martin DB4 GTZ.

À l’occasion de cette célébration Aston Martin et Zagato ont de nouveau collaboré afin de réaliser une « continuité » de cette DB4 GT Zagato nommée DB4 GT Zagato Continuation. Mais pour le moment intéressons-nous à la première DB4 GTZ, celle de 1960.

La concurrente des Ferrari 250

Dans les années 60, comme encore aujourd’hui, la compétition pour la victoire faisait rage entre les différents constructeurs.

À l’époque la principale bête noire d’Aston Martin, comme pour sans doute beaucoup d’autres, était la Ferrari 250 GTO. Pour essayer de remédier à cet adversaire de taille, Aston Martin présenta sa DB4 GT à Zagato afin qu’il puisse faire de cette auto une sérieuse concurrente pour la Scuderia Ferrari.

Mais il faut savoir une chose, la DB4 GT en question n’était pas une auto initialement taillée pour la piste, chose pour laquelle la 250 GTO avait été conçue. Et à l’époque cela pesait son poids dans l’équation.

Justement, lorsque la Carrozzeria Zagato s’exécute, il est souvent question de poids. Et en l’occurrence la technique dite Superleggera signifie bien ce qu’elle veut dire : Super Léger. Mais est-ce bien suffisant pour jouer dans la balance ?

Il est en tout cas primordial d’être équipé d’une motorisation suffisante pour aller détrôner de tels concurrents. La DB4 GT n’était pas en reste de ce côté. Équipée d’un 6 cylindres en ligne développant 314 ch (pour la version GTZ), abattant le 0 à 100 km/h en 6,1s avec une vitesse de pointe de 245 km/h l’Aston Martin avait de quoi jouer des coudes avec les italiennes.

Mais revenons à nos moutons, dont il faudrait leur supprimer un peu de laine pour les alléger d’un poids non négligeable. Zagato va faire de même et supprimer sur la DB4 GT tous les éléments inutiles pour la piste, tels que les pare-chocs en chrome et la boiserie intérieure. Mais comme pour tondre un mouton, pour alléger une auto il y a une technique. Et la Carrozzeria Zagato en est l’experte. Utilisation d’aluminium pour le châssis mais également pour la carrosserie, vitres en plexiglas afin d’obtenir un gain de poids intéressant et atteindre au final 1225 kg sur la balance. On retaille les angles en les arrondissant de manière à les rendre plus aérodynamiques et nous voilà avec une DB4 GTZ prête pour chasser les Ferrari 250 des podiums. Ercole Spada pensait avoir trouvé la combine pour rivaliser avec les italiennes. Dessiner des anglaises en s’inspirant de leurs concurrentes.

Rien n’y fera, la Scuderia Ferrari était indétrônable et la 250 GTO restera invaincue face à l’anglaise. Ferrari détenait sans doute la formule pour faire de ses autos, des machines à gagner. Fabriquer des autos nées pour la piste et des GT taillées pour la route.

L’hommage à l’histoire d’une beauté indiscutable

Voilà maintenant 100 ans que Zagato oeuvre à magnifier les plus belles carrosseries du monde. Quant à Aston Martin c’est une histoire d’amour qui dure depuis 60 ans et les derniers fruits de cette histoire sont les Vanquish Zagato déclinées en Shooting Brake, Speedster, Volante et Coupé.

Presque 60 ans après l’épopée DB4, Zagato propose, avec l’arrivée prochaine de la DBS GT Zagato (sur base de DBS Superleggera), la continuation de la DB4 GTZ. Ainsi les futures acquéreurs du carrossier italien et de la marque anglaise, lors de l’achat d’une DBS GT Zagato, n’auront pas d’autres options que d’acheter avec la DB4 GTZ (on en avait déjà parlé ici) En effet Aston Martin proposera avec Zagato ce duo nommé DBZ Centenary Collection pour la coquette somme de 6 millions de livres (soit environ 6,7 millions d’euros).

Le duo sera produit à seulement 19 exemplaires rendant hommage au nombre de DB4 GTZ produites à l’époque. La DBZ Centenary Collection comprendra donc une continuation de la DB4 GTZ de 1960. Elle en respectera tous les codes mais comme l’a souligné Aston Martin, elle recevra le meilleur de chaque monde.

Originalement équipée d’un 6 cylindres en ligne de 3.7L, la DB4 GTZ Continuation reçoit un bloc de 4.7L développant 395ch mais toujours associé à une boîte à 4 rapport. Pour le reste elle est fidèle au modèle original puisque la production est faite main et la carrosserie en aluminium tout comme le châssis tubulaire.

À l’heure où sort cet article, la première DB4 GTZ Continuation est terminée tandis que la DBS GT Zagato n’est encore qu’une esquisse. Affaire à suivre donc…

By Bielle,

2 commentaires

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.