PORSCHE 911 CLUB COUPÉ : UNE VERSION MÉCONNUE

Chers lecteurs, aujourd’hui je vous propose de faire un voyage du côté de Stuttgart pour vous présenter une version méconnue de la 911, la Cub Coupé.

L’année 2012 fut marquée par l’anniversaire de la création, 60 ans auparavant, des premiers Clubs Porsche à Berlin et en Westphalie. C’est assez évocateur de la passion Porsche qui a toujours animé les porschistes puisque dès 1952, soit seulement quatre années après le lancement du premier modèle, des clubs étaient déjà créés. Aussi, à cette époque les clubs automobiles ne couraient pas le rues et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui, les Clubs Porsche représentent l’une des plus anciennes et importante organisation automobile mondiale. La passion Porsche a toujours été là et c’est dans les années 50 que les gens ont commencé à découvrir cette marque notamment à travers des stars hollywoodiennes comme James Dean et sa 550 spyder ou encore à travers des courses emblématiques comme la Carrera Panamericana au Mexique. Aujourd’hui, cette passion fédère pas moins de 220 000 membres au sein de 650 clubs implantés dans 85 pays à travers le globe. Pourquoi raconter tout cela ? Simplement pour expliquer la genèse de cette 911 Club Coupé. Pour célébrer ce soixantième anniversaire, Porsche a décidé de produire 13 versions de cette 911 Club Coupé en mémoire des 13 membres fondateurs des deux clubs.

Pour ce qui est du design, la version ultra-limitée repose sur une 991 Carrera S qui bénéficie de modifications substantielles à savoir, une peinture vert Brewster, des jantes inédites de 20 pouces bi-ton, un pare-chocs avant plus aéré et surtout la réinterprétation du fameux duck tail qui donne tout le charme à cette version.

Quand on parle de Porsche on parle de mécanique et là aussi des améliorations ont été prévues avec la reprise du 6 cylindres 3,8L de 440 Nm de couple et porté à 430ch. Des suspensions PASM sont aussi montées en série permettant d’abaisser la caisse de 20 mm. Enfin, avec une telle robe vintage on aurait pu s’attendre à une boîte mécanique mais il n’en est rien puisque c’est la boîte robotisée PDK qui a été choisie, ce qui gâche pour moi le tableau.

Finalement, 12 modèles identiques auront été vendus à des particuliers après tirage au sort parmi les membres des 640 clubs Porsches officiels de l’époque. Le treizième exemplaire a été réservé pour le musée Porsche.

Pour terminer, j’ai eu envie de vous faire découvrir ce modèle parce que j’ai eu l’immense chance de pouvoir croiser l’unique exemplaire qui a été attribué à la France et plus précisément à un membre du Club Porsche Toulouse Gascogne. Je suis tombé totalement par hasard en m’arrêtant au Centre Porsche Toulouse en Avril pour photographier une Corvette C7 d’occasion. En m’avançant vers la concession j’ai pu découvrir ce somptueux modèle qui attendait devant les ateliers pour une révision. Cerise sur le gâteau j’ai pu l’entendre se réveiller avant de disparaître dans les ateliers. Je suis tombé pile au bon moment, je serais passé 5mn plus tard, jamais je n’aurais pu l’apercevoir. Ce moment restera gravé à vie dans ma mémoire !

Bielle & Piston,

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Restez connectés

Partagez sans modération

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le « coach building », une tendance chez certains constructeurs, atteint maintenant Rolls Royce et a permis de voir naître un véritable yatch roulant !

Lire la suite

Mclaren Elva, le regard dans le rétro par Mclaren !

Lire la suite

UN DESIGNER ET UNE SIGNATURE UNIQUE Milton Glaser (designer du célèbre « I love NY ») disait : « Il y a trois réponses possibles à une pièce de design : oui, non et wow. Wow est la réaction que vous devez rechercher ». Et c’est exactement ce même état d’esprit que j’ai eu en découvrant le designer dont je vais vous parler. Pour l’immense majorité d’entre vous, un designer se reconnaît grâce à un coup de crayon et à un style bien particulier permettant de l’identifier parmi d’autres. Un peu comme une marque automobile, qui, par le design de ces différents modèles, se distingue d’une autre. Et c’est justement là qu’est l’idée essentielle : la distinction. Mais pour se distinguer, c’est à dire être perçu et discerné, faut-il encore avoir une personnalité que l’on ne retrouve pas ailleurs. C’est justement sa personnalité et son style graphique, retranscris à travers ces différents dessins, qui m’ont intéressé. Alors…

Lire la suite