Essai Mitsubishi Eclipse Cross PHEV : le dernier diamant

C’est en 1917 que débute l’aventure automobile au sein du groupe Mitsubishi. Bien que la filiale automobile n’ait pas encore été créée, cette année-là marque la sortie de la première voiture japonaise de l’histoire. Ce premier pas dans le monde des véhicules a été suivi par le développement et la fabrication d’utilitaires sous la marque Fuso dès les années 1930. Malgré les défis de la guerre, l’économie japonaise se redresse. En 1970, le groupe fonde officiellement la Mitsubishi Motors Corporation qui se consacre à la fabrication de voitures particulières. La marque commence alors à se faire connaître et à démontrer ses qualités de robustesse et de fiabilité à travers le monde, notamment grâce à ses nombreuses participations en rallye-raid et à ses 12 victoires entre 1985 et 2007. Cette période faste est également marquée par quatre titres pilotes et un titre constructeur au championnat du monde des rallyes entre 1996 et 1999, remportés avec les fabuleuses Mitsubishi Lancer Evolution. En 2016, pour relever les nouveaux défis de la mobilité, Mitsubishi rejoint l’alliance Renault-Nissan. Aujourd’hui, je vous présente le dernier modèle conçu avant cette nouvelle alliance, grâce à Mitsubishi Motors Toulouse Sud.

Le design distinctif du Mitsubishi Eclipse Cross PHEV

C’est lors du Salon de l’automobile de Genève en 2017 qu’a été dévoilé ce nouveau SUV compact. Derrière son nom, emprunté à un coupé fabriqué entre 1989 et 2012, se cache une toute nouvelle voiture au style très personnel. Ses lignes ont été préfigurées à deux reprises avec le concept XR-PHEV de 2015 et le eX Concept de 2016. En 2021, la version restylée apparaît en modernisant son design. De face, la calandre « Dynamic Shield » structure le design avec des feux à double étage qui scintillent tel un diamant. Le profil affiche une volonté de dynamisme avec des plis de carrosserie marqués, des passages de roues qui évitent la surenchère de plastique brut sur cette finition InStyle et une ligne de toit fuyante, comme si l’esprit du coupé originel était encore présent. À l’arrière, les feux verticaux reprennent subtilement la forme du logo, accentuant son aspect de robustesse. Au centre du hayon, le nom du modèle est écrit en toutes lettres, agrandissant visuellement la largeur. La finition InStyle de mon modèle apporte quelques touches bienvenues, telles que de belles jantes de 18 pouces, des vitres arrière surteintées et certaines parties peintes couleur carrosserie. Avec ses 4,54 m de long et 1,8 m de large, l’Eclipse Cross ne ressemble à aucun autre et se démarque instantanément. Cette originalité ne plaira pas forcément à tout le monde, mais la diversité du style est stimulante en automobile.

À bord de l’Eclipse Cross PHEV : une ambiance zen

C’est en jetant un œil à l’habitacle que l’on se rend compte de l’âge de conception du véhicule. L’Eclipse Cross n’a pas encore cédé à la tendance du tout digital, et ce n’est pas pour me déplaire. Le petit écran central de 8 pouces paraît anachronique, mais il dispose tout de même des dernières connectivités, avec Bluetooth, DAB+ et Apple CarPlay / Android Auto. La réactivité et la qualité de retransmission de la caméra de recul marquent le pas par rapport aux véhicules récents. La présence de nombreux boutons peut être rassurante pour certains. Chaque fonctionnalité a son bouton, et il y en a pas mal sur ma version haut de gamme, richement équipée comme à l’accoutumée chez les japonais. Le système audio Mitsubishi à 8 haut-parleurs, l’affichage tête haute HUD, la climatisation bi-zone, le hayon électrique, les réglages des sièges électriques, du volant et des sièges avant et arrière chauffants, ainsi que la navigation TomTom en font partie.

Le toit ouvrant et vitré en deux parties vient égayer l’habitacle, au même titre que la belle sellerie en cuir gris clair de cette finition haut de gamme. Les inserts façon aluminium donnent une touche de style supplémentaire qui évite de tomber dans une atmosphère trop austère. Du côté pratique, la position de conduite est haute (un peu trop pour moi !) et confortable. La banquette arrière est inclinable, ce qui est appréciable, et fractionnable en 60/40 afin de dégager jusqu’à 1108 litres de coffre (328 litres en position normale). Dommage que le plancher ne soit pas plat.

Enfin, l’Eclipse Cross dispose des aides à la conduite les plus utiles :

  • Détecteur d’angle mort (BSW)
  • Assistant de changement de voie (LCA)
  • Alerte de franchissement de ligne (LDW)
  • Alerte de circulation transversale (RCTA)
  • Régulateur adaptatif (ACC)
  • Freinage d’urgence (FCM)
  • Feux de route automatique (AHB)

Cette Mitsubishi apparaît alors comme une voiture pratique et agréable à vivre au quotidien.

L’hybride rechargeable : une spécialité Mitsubishi

Sorti peu de temps après l’intégration de Mitsubishi dans l’alliance, l’Eclipse Cross apparaît comme le dernier produit conçu à 100% par les ingénieurs de la marque. Cela se remarque à de nombreuses reprises sur le plan technique. On retrouve ainsi la plateforme de l’Outlander dans une version évoluée qui permet, depuis le restylage, de bénéficier d’une motorisation hybride rechargeable.

 

Le Mitsubishi Outlander a été un produit très important ces dernières années pour la marque, étant le premier SUV hybride rechargeable à être proposé sur le marché européen, et également la meilleure vente de sa catégorie, grâce notamment à sa fiabilité. Forts de cette expérience, les ingénieurs de la marque ont introduit l’hybridation sur l’Eclipse Cross en 2021, remplaçant ainsi les motorisations 100% thermiques.

 

Le système fait appel à un moteur 4 cylindres 2.4 atmosphérique de 98 ch fonctionnant sur le cycle Atkinson, que vous commencez à bien connaître sur le site. Ce moteur thermique est accompagné de deux moteurs électriques d’une puissance de 177 ch. La puissance cumulée est de 188 ch à 4000 tr/min et 332 Nm de couple. À l’instar d’un autre constructeur japonais, la transmission est réalisée par un variateur et les moteurs électriques seront utilisés soit directement pour faire avancer le véhicule avec leur propre énergie ou l’énergie créée par le moteur thermique, soit ils viendront en renfort du moteur thermique lorsque celui-ci aura le rôle de déplacer la voiture. Le moteur thermique ne fonctionnera seul que pendant sa plage de rendement maximale, donc généralement à vitesse stabilisée.

 

Avec sa batterie de 80 cellules de 13,8 kWh fonctionnant sous 300V, l’Eclipse Cross permet de rouler jusqu’à 55 km en tout électrique en zone urbaine. Son autonomie est légèrement inférieure à celle des dernières hybrides rechargeables du marché, mais son rapport prix-prestation le place sans concurrence.

Trois modes de conduite permettent d’utiliser le système à sa guise. Le Mode EV permet de rouler en 100% électrique, tandis que le mode Save préserve l’autonomie de la batterie jusqu’à 80% si l’on souhaite utiliser le mode 100% électrique plus tard sur le trajet. Enfin, le mode Charge utilise le moteur thermique pour recharger la batterie, moyennant une consommation de carburant accrue.

La batterie peut également être rechargée via les six modes de freinage régénératifs (un peu trop !) activables via les belles palettes derrière le volant, ou par une recharge traditionnelle :

  • En 25 minutes de 0 à 80% via un chargeur rapide.
  • En 6 heures de 0 à 100% via une prise standard 230V de 10A.

Avec le Pass Electriq Mitsubishi, ce sont plus de 70 000 bornes qui sont facilement accessibles en France, et plus de 220 000 en Europe.

L’Eclipse Cross peut également être source d’énergie avec sa prise 230V dans le coffre, idéale pour recharger ou brancher des appareils électriques. Il dispose également de la technologie V2G, qui lui permet de fournir son énergie électrique au réseau auquel il est branché. Cette fonctionnalité est demandée par les autorités japonaises pour prévenir les risques de blackout liés aux nombreux tremblements de terre.

0 à 100 km/h (s)
0
Puissance (ch)
0
Couple (Nm)
0
Poids en marche (Kg)
0
  • 4 cylindres, PHEV
  • Boite à variateur
  • 4 roues motrices

Sur la route : l’héritage Mitsubishi

La motorisation hybride rechargeable confère à l’Eclipse Cross une facilité d’utilisation déconcertante. La réactivité de l’électricité offre une souplesse d’utilisation et une nervosité bienvenue lorsque des situations demandent une accélération rapide. Lorsque le moteur thermique prend le relais, il se montre discret grâce à une excellente insonorisation, une prouesse pour un système utilisant un variateur, qui a souvent la fâcheuse tendance à produire un effet de moulinette et à être très sonore. Ce n’est pas le cas ici.

 

Si la puissance est largement suffisante pour une conduite quotidienne, avec un 0 à 100 km/h réalisé en 10.9 secondes, j’aurais apprécié davantage de puissance à haut régime. J’ai l’impression que la voiture est bridée et que le système n’attend qu’une chose : libérer plus de puissance. Les 1900 kg sur la balance auraient bien accueilli ce surplus de puissance, d’autant plus que l’Eclipse Cross se montre relativement dynamique.

 

C’est ici que l’on ressent l’héritage du glorieux passé en compétition de Mitsubishi. La voiture dispose d’une direction assez précise et bien calibrée, avec une bonne consistance. Le châssis encaisse avec sérénité les enchaînements de virages grâce à son essieu multibras à l’arrière et ses barres stabilisatrices sur chaque essieu.

 

Ce qui contribue grandement au comportement sûr et dynamique de l’Eclipse Cross, c’est sa technologie de quatre roues motrices S-AWC (Super-All Wheel Control), une spécialité de la maison. D’ailleurs, pour anecdote, la première voiture japonaise à transmission intégrale de l’histoire est le prototype Mitsubishi PX33 de 1937. Les différents rallyes raids avec les Pajero ont permis d’optimiser au mieux cette technologie qui propose ici quatre modes (Normal, Snow, Gravel et Tarmac) qui modifient chacun les paramètres de l’ABS, du contrôle actif de trajectoire, du contrôle actif de stabilité et du contrôle actif de motricité.

 

En mode Tarmac, l’Eclipse Cross retarde certaines de ces aides pour lui donner un côté plus joueur et éviter d’être trop sous-vireur. En mode Gravel, le SUV compact se transforme en véritable tout-terrain avec sa garde au sol de 191 mm et ses capacités tout-terrain supérieures à bien des concurrents. On parle même ici d’angle d’attaque (20,4°), ventral (18,5°) et de fuite (29,6°), un langage étranger aux autres SUV de la catégorie.

 

Lors des phases de freinage, le poids se fait sentir et le mordant de la pédale de frein ne semble pas proportionnel à la puissance de freinage. Il est toujours difficile d’avoir un ressenti naturel en présence d’un système de freinage régénératif. Pour augmenter la puissance de freinage, on peut facilement jouer avec les six modes du système.

Le bilan : l’Eclipse Cross, l'original outsider

Pour sa dernière Mitsubishi pur jus, le constructeur aux trois diamants a créé un SUV compact original qui se démarque à bien des égards de la concurrence. Son style, son dynamisme et ses capacités de franchissement, associés à une motorisation hybride rechargeable, le placent sans réelle concurrence au prix proposé à partir de 42 490 €. Choisir un Eclipse Cross, c’est donc opter pour un véhicule qui offre un excellent rapport qualité-prix et qui garantit une fiabilité certaine, avec la garantie de 5 ans ou 100 000 km, et même 8 ans ou 160 000 km pour la batterie. Un véhicule à considérer pour ceux qui veulent se démarquer !

Remerciements

Merci à Automobile Delahaye pour la découverte de cette dernière Mitsubishi. N’hésitez pas à les contacter si vous êtes intéressé par ce modèle : 

Equipement

Insonorisation

Dynamisme 

Technologie 4 roues motrices

Prix / prestation

Fiabilité 

Poids 

Design intérieur daté 

Manque un peu de puissance 

75%
Degré de plaisir de conduite

Restez connectés

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Découvrez le résumé de mon essai de cette Alpina B3S Cabrio réalisé pour Pelras LEGEND.

Lire la suite

La dernière vraie Alfa Roméo ?

Lire la suite