Essai Toyota Hilux : le pick-up invincible ?

Au même titre que les muscle-cars, le pick-up est un symbole des Etats-Unis. Une carrosserie qui a d’ailleurs vu le jour dans ce pays, en 1917 afin de répondre à un besoin grandissant des agriculteurs, artisans et commerçants qui souhaitaient pouvoir transporter de lourdes charges. Avec l’exode rural, le développement des banlieues pavillonnaires et des routes, le pick-up a vu son cahier des charges évoluer. Le confort d’utilisation a été de plus en plus recherché et c’est ainsi qu’on assiste à l’essor d’une nouvelle génération de pick-up chez de nombreux constructeurs dans les années 1960. D’abord destiné au marché américain, le pick-up va très vite conquérir tous les autres continents.

Qui aurait cru le 21 mars 1968, que le tout nouveau pick-up présenté par Toyota serait, 50 ans plus tard une icône indéboulonnable ? Sûrement personne, mais les japonais ont toujours su traverser les décennies grâce à des produits toujours plus fiables et répondant au mieux aux attentes des utilisateurs. Le Hilux s’est forgé sa réputation grâce à sa robustesse et sa fiabilité à toute épreuve qui l’ont conduit à affronter les climats et les terrains les plus hostiles. De l’Antarctique, au désert en passant par la jungle, le Hilux en a vu de toutes les couleurs et la dernière génération est venue renforcer son image de robustesse tout en répondant aux nouvelles exigences du XXIe siècle. Mettez vos bottes et votre chapeau de cow-boy, c’est parti pour la découverte de la 8e génération du Toyota Hilux avec Edendauto Toyota Toulouse.

Répondre aux besoins

Renouveler une icône qui est utilisée par des milliers de personnes à travers le monde n’est pas simple. Au lieu de rester sur leurs acquis, les ingénieurs de Toyota ont décidé de partir rencontrer les utilisateurs du Hilux. Un voyage aux quatre coins du monde pour recueillir les points forts et faibles qui nécessitent une amélioration. Il en ressort qu’il faut améliorer la « robustesse », non pas seulement celle du véhicule qui est déjà excellente, mais celle des conducteurs. Un conducteur plus robuste est quelqu’un d’apaisé par une conduite plus confortable et moins stressante. Les témoignages fleurissent de chaque côté du globe. Certains, souhaitent effectuer des longs voyages sans trop se soucier de la consommation de carburant, d’autres veulent avoir un véhicule moins fatigant sur les longs trajets pour pouvoir rester plus vigilant. Également, un garde forestier souhaitait avoir une cabine plus silencieuse, pour pouvoir communiquer plus facilement par radio dans le cadre de ses missions. Ces avis ont été très pris au sérieux dans le développement. Le cahier des charges s’est dessiné au fur et à mesure. Le nouveau Hilux doit continuer à améliorer sa robustesse légendaire tout en étant bien plus facile à conduire. De ce postulat est née la 8ème génération en 2015. Depuis, il a subi quelques évolutions pour renforcer ses qualités. La version que je vous présente est en quelque sorte le haut de gamme nommé Invincible – ils sont confiants ces japonais – et doté de tout le raffinement possible.

Un style moderne qui attire

La robustesse passe avant tout par un design extérieur qui inspire la solidité. Cette finition offre un design plus travaillé et haut de gamme qu’auparavant. La grande calandre noire domine une face avant haut perchée qui succombe à la modernité avec ses phares à LED. Le capot est droit, le pare-chocs est abrupt, le Hilux offre une gueule robuste, voire un peu sportive avec ses inserts gris. Sur le côté, les immenses passages de roues sont soulignés par des protections en plastique noir mat. Les jantes en alliage 18 pouces, montées avec des pneumatiques de route (265/60), paraissent petites, c’est dire la taille de la bête. Les marchepieds et les bavettes nous rappellent qu’on a affaire à un vrai franchiseur et non à un SUV des villes. Il y a qu’à voir ses dimensions pour s’en rendre compte 5,33 m de longueur et 1,81 m de hauteur contre 4,61 m et 1,685 m pour un RAV4 déjà grand ! (lire : Essai Toyota RAV4 PHEV : le nouveau chapitre)  Pour certains, la couleur Bronze Imperial lui donne un côté haut de gamme auquel on n’est pas habitué, pour d’autres, c’est la couleur idéale pour se fondre dans le sous-bois d’une forêt isolée de toute vie humaine. Personnellement, j’adore et c’est peut-être la première fois que je trouve un Hilux beau ! On sent que l’extérieur a été peaufiné et on le remarque réellement à l’intérieur.

Le Hilux a depuis longtemps proposé une offre sur mesure pour s’adapter à tous les besoins. Cette génération propose toujours une version simple cabine, double cabine ou l’intermédiaire XTRA. C’est cette dernière qui a été choisie pour notre Hilux. Une version à mi-chemin qui propose deux places d’appoint accessibles via des demi-portes antagonistes comme une certaine Mazda RX8. Ces « strapontins » permettent de dépanner sur de courtes distances, mais elles accueilleront plus souvent des outils que des passagers. L’essentiel se passe alors devant où les deux usagers vont bénéficier d’une assise en cuir plutôt confortable et au bon maintien. Les sièges chauffants réglables en inclinaison et en hauteur permettent de contempler une planche de bord moderne dotée des dernières technologies : écran tactile 8 pouces compatible Android Auto et Apple CarPlay, radio numérique DAB, ordinateur de bord avec affichage sur l’écran TFT couleur 4,2 pouces, radar et caméra de recul et climatisation bi-zone.

Moins de stress, plus de sécurité

Seuls les plastiques durs nous rappellent sa vocation utilitaire, mais c’est ce qu’il faut. Du robuste, facile à entretenir ! D’ailleurs, le marchepied n’est pas superflu tout comme la poignée pour monter à bord. On grimpe réellement à bord avec le Hilux et la position de conduite permet de dominer la route et d’anticiper ses manœuvres. La hauteur permet de mieux appréhender son gabarit avec également une très belle vision périphérique en l’absence de chargement. Sa taille n’est au final pas très conséquente, tout du moins en largeur (1,855 m) et on croise facilement sur nos petites routes. Un sentiment de confiance et d’invincibilité – le nom est bien trouvé – nous parvient à son volant. On a l’impression que rien ne peut nous arrêter à part un poids lourd peut-être… Ce sentiment vient faire écho au cahier des charges avec une voiture moins stressante à conduire. Cette version haut de gamme l’est d’autant plus avec sa boîte automatique à 6 vitesses associée au plus gros moteur, le 4 cylindres en ligne 2.8 litres D-4D de 204 ch et 500 Nm de couple. Ce tout nouveau moteur fait appel à des techniques éprouvées. Grosse cylindrée, 4 soupapes, distribution par chaîne et double arbre à cames en tête. Un allié de taille sur la route avec un couple disponible très tôt (1600 tr/min) permettant une conduite coulée. D’ailleurs, si on ne sollicite pas trop l’accélérateur, le moteur reste relativement discret dans l’habitacle – notre garde forestier peut enfin passer ses appels en toute tranquillité -. En revanche, ce n’est pas la même histoire quand il prend des tours avec la boite-auto positionnée en Sport. Elle peut avoir quelques hésitations. Certes elle n’est pas aussi souple que les dernières boites-auto modernes, mais il faut quelque chose de solide et le simple fait de se passer du passage des vitesses est déjà un grand pas en avant dans la modernité du Hilux. Le conducteur n’a plus qu’à se préoccuper de la route. D’ailleurs, pour l’assister, il bénéficiera des dernières aides à la conduite Toyota Safety Sense : Lecture des panneaux de signalisation, système de sécurité précollision avec détection des piétons et des cyclistes, régulateur de vitesse adaptatif intelligent, alerte de franchissement de ligne avec aide au maintien dans la voie et assistant de trajectoire avec détecteur de fatigue.

Robuste et sobre

La direction assistée légère, le contrôle de stabilité (VSC), l’ABS et les 7 Airbags finissent d’achever un tableau beaucoup moins stressant qu’auparavant. Le pari est réussi ? Sur la route oui. Malgré son centre de gravité haut perché et ses gros pneus le Hilux se comporte sereinement sur l’asphalte. Même quand les routes commencent à serpenter, il garde son calme et suit ce qu’on lui dicte. Certes, la direction n’est pas précise, mais c’est suffisant pour son usage. À vide, il faut faire un peu attention à la benne qui peut bouger, surtout en configuration propulsion. Il devient même joueur avec l’ESP déconnecté. La sérénité revient en enclenchant les 4 roues motrices via le commutateur. La direction devient plus consistante et la motricité est parfaitement répartie pour rouler en toute tranquillité au détriment d’une consommation plus élevée. En parlant de la consommation, les efforts faits sont importants avec une consommation mixte d’environ 10 litres au 100 km, de quoi lui permettre une autonomie de plus de 700 km avec son réservoir de 80 L. Un très bon chiffre quand on sait qu’il pèse tout de même 2165 Kg à vide et qu’il est loin d’être le roi de la finesse aérodynamique. Les avis ont encore été écoutés avec une sobriété accrue. En revanche, même si le confort a été amélioré il reste toujours rudimentaire surtout à vide avec une suspension ferme et sèche qui suit la majeure partie des aspérités. Si vous pensez passer rapidement sur les ralentisseurs, votre dos va vite vous rappeler à l’ordre. C’est un point à nuancer, car c’est un parti-pris de Toyota que de garder une certaine rusticité qui fait preuve d’une réelle robustesse. À l’avant, on trouve une double triangulation et à l’arrière on reste sur des ressorts à lames avec essieu rigide. Le tout monté sur un châssis échelle renforcé et utilisant de l’acier à haute ténacité. La fermeté est nécessaire pour pouvoir charger de lourdes charges, jusqu’à 1 tonne dans la benne ! Les freins, à disques ventilés à l’avant et tambours à l’arrière, sont également dimensionnés pour ces charges et se révèlent excellent à vide avec un très bon mordant.

Tout est fait pour en faire l’outil idéal des professionnels et des particuliers vivant dans les milieux les plus hostiles. Le Hilux est diffusé dans plus de 180 pays, il est donc un produit mondial qui doit répondre à de nombreux besoins.

0 à 100 km/h (s)
0
Puissance (ch)
0
Couple (Nm)
0
Poids en marche (Kg)
0

L4 2.8 Diesel Turbo

BVA 6

AWD 

Le couteau suisse

Ses capacités en franchissement ne sont plus à prouver, il sait tout faire grâce à sa garde au sol de 28,9 cm et ses angles d’attaque (29° – approche / 23° – ventral / 26° – sortie). Pour avoir pu assister à l’événement Hilux Party organisé par la concession, le Hilux était dans son élément sur les chemins exigeants et boueux de la base d’entrainement off road des Quinze sols. Dans ces conditions, la motricité est facilitée par un contrôle actif (A-TRC) et sa transmission intégrale débrayable : propulsion, 4×4 ou 4×4 lent. À vous de choisir en fonction de la difficulté du terrain. Le différentiel peut également se bloquer ou non pour se sortir du pétrin ou d’un passage à gué de 70 cm par exemple ! La recette traditionnelle fonctionne parfaitement, mais il ne faut pas oublier que le conducteur doit être moins stressé. C’est dans ce sens que Toyota propose alors une assistance au démarrage en côte (HAC) pour éviter que le véhicule ne recule. Il propose aussi une aide à la descente (DAC) qui vient contrôler automatiquement la force de freinage nécessaire pour stabiliser le véhicule et maintenir sa vitesse entre 5 et 7 km/h. Les fonctionnalités sont impressionnantes et les pentes vertigineuses seront abordées dans le plus grand des calmes. Il faut dire que le Hilux dépasse presque les lois de la physique avec ses angles d’inclinaison (42,1°) et de dévers (45°). Bluffant !

Le Hilux n’usurpe pas sa réputation et propose toujours plus de fonctionnalité pour faciliter ses utilisateurs à l’instar du système anti-louvoiement (TSC) lors du tractage de lourdes remorques. Oui, le Hilux peut tracter jusqu’à 3500 kg !! De quoi déplacer ce tracteur facilement….

On peut également ajouter tout un panel d’accessoires qui permet de façonner un Hilux à son image : éclairage longue portée, arceau, couvre benne ou hard top, protection de benne, marchepieds ou encore barre de toit. La liste est longue !

Un succès incontestable

La copie semble parfaite en répondant à de nombreux usages. Je comprends mieux le succès de ce pick-up et sa réputation. Une réputation exacerbée par sa domination dans des compétitions sportives comme au Dakar avec la pole position en 2019, 2022 et 2023 ! Il a été aussi le lauréat 2022-2023 du concours « International pick-up Award ». Les plus de 18 millions d’exemplaires fabriqués sur les 8 générations, finissent de clore le débat de ce légendaire pick-up qui semble avoir un avenir radieux devant lui. On parle d’une version électrique ou hydrogène prochainement. Je ne doute pas que les ingénieurs trouveront toujours le moyen de rendre le Hilux encore plus robuste et facile à conduire. Je n’ai qu’une envie, partir explorer les recoins du monde à son volant !  

Remerciements

Merci à la concession Edenauto Toyota Toulouse pour la découverte de cette légende.

Si vous êtes intéressés par ce pick-up, n’hésitez pas à les contacter via leurs réseaux : 

Design 

Robustesse

Capacités tout terrain 

Facilité de conduite 

Comportement routier amélioré 

 

Confort 

Boite automatique 

70%
Degré de plaisir de conduite

Restez connectés

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

La troisième pédale qui change tout !

Lire la suite

Premier modèle exclusivement développé par Cupra, le Formentor se décline en nombreuses versions. Que vaut la version hybride, d’entrée de gamme ?

Lire la suite